Antiquité


Voie romaine

Bailleulmont est situé sur la voie romaine d'Amiens (Samarobriva) à Arras (Nemetacum) par Thièvres (Teucera), qui constitue une station à mi-chemin des deux cités. Cette voie servait notamment au convoyage des armes fabriquées à Amiens, pour les légions romaines campées en Artois.

 

Son tracé rectiligne reste par endroits bien tangible. À hauteur de Gaudiempré par exemple, on emprunte toujours "la vieille chaussée", dont le chemin débouche en direction d'Arras sur l'actuelle départementale qui le recouvre, traverse La Cauchie (dont le nom provient de Calceia, qui signifie chaussée), se perd dans Bailleulmont, pour réapparaître au pied du n° 18 de la rue d'en Bas où, jusqu'aux portes de Beaumetz-lès-Loges, il prend le nom de "chemin de l'ancienne chaussée"

Bailleulmont, voie romaine
En rouge, les tronçons praticables de l'ancienne voie romaine d'Amiens à Arras
Bailleulmont, voie romaine
En jaune, le tracé supposé de la voir romaine à hauteur de Bailleulmont

Mais alors où passe l'ancienne voie romaine à Bailleulmont ? Adonnons nous un instant, au jeu des hypothèses...

 

Si, dans une logique assez simpliste, on prolonge le cheminement connu de cette voie par la réunification des deux tronçons représentés en rouge sur la carte 1, on obtient le tracé jaune de la carte 2. Dès lors, un troisième supposé tronçon praticable apparaît à la droite du château : il s'agît du chemin connu sous le nom des "annelles", qui traverse le petit bois et débouche dans le virage de la rue d'en Bas.   

La probabilité d'un tel tracé de la voie romaine à hauteur de Bailleulmont est en partie assimilable dans la représentation qu'en fait Adrien de Montigny (Cf. Époque moderne) et analysée en ces termes par Berger et Dubois : "(...) après la placette qui se trouve devant l'église (le chemin qui vient de la droite) se divise en deux branches, l'une passe devant le château puis, au moment où elle rencontre le groupe de bâtiments à tourelles (...), elle oblique à gauche et rejoint la Chaussée Brunehaut". Harbaville fait lui aussi cette lecture du paysage et élève jusqu'à l'idée d'une première construction défensive elle-même d'origine romaine. Il évoque ainsi la possibilité d'une tour de garde, identique à celles que firent ériger les empereurs Valentinien 1er et Gratien, durant la seconde moitié du IVe siècle, jalonnant les voies de communication pour en assurer la sûreté face à la recrudescence des invasions barbares.

C'est ensuite sur le terrain qu'un nouvel élément vient étayer l'idée de ce tracé, qu'une curieuse dépression du sol vient recouper de façon troublante. Une sorte de tranchée aux bords parallèles (en violet sur la carte 2), large de 10 mètres et longue d'environ 100, se découpe de façon ostensible dans une pâture. Une activité d'extraction a clairement été pratiquée dans ce terrain, où d'autres trous sont également visibles... ors, nous savons qu'en 1743 fut recoupée tout près d'ici la voie romaine. L'entrepreneur de la nouvelle chaussée reliant Doullens à Arras, obtint en effet l'autorisation d'y extraire des cailloux dont il vint à manquer. C'est dans l'ancien lit du Crinchon qu'est localisée cette mise à jour, d'un tronçon enfouit sous 4 mètres de substrat, présentant une largeur de 5,85 mètres pour 98 centimètres d'épaisseur, constitué en surface d'un lit de cailloux recouvrant une couche de craie et de pierres (généralement réduit en poussière par l'érosion du temps) recouvrant elle-même un second lit de cailloux bien conservés et enchâssés sur les côtés par un bordurage en craie. Au cours de ces travaux, on fit par ailleurs les trouvailles de plusieurs monnaies romaines.

 

Les deux chantiers d'excavations sont-ils liés ? Cette curieuse tranchée a t-elle été creusée dans le but de ré-exploiter les couches de cailloux composant l'ancienne voie romaine ? La question reste ouverte, mais na rien de farfelue à la vue des récentes découvertes archéologiques.


Une occupation au Haut Empire romain

 

Bibliographie :

 

- BERGER R. & DUBOIS R. : Quatre cent vues des villages de l'Artois en 1605-1610, tirées des albums Charles de Croÿ - 1960.

 

- DALMAU L., ALFONSO-LOPES E., AGOSTINI H. & MEURISSEFORT M. : Bailleulmont, "Rue du château", Rapport final d'Opération de diagnostic, éd. Centre départemental d'archéologie du Pas-de-Calais - 2014.

 

- HAIGRENÉ : Mémoire sur les voies romaines du département du Pas-de-Calais (in) Mémoire de l'Académie d'Arras - 1832.

 

- HARBAVILLE L. J. : (in) La Picardie, revue littéraire et scientifique - 1857.

 

- LEMAIRE R. : Carte archéologique de la Gaule, le Pas-de-Calais 62/1 - 1993.

 

- LOTH Y. : Tracés d'itinéraires en Gaule romaine. Éditions Amatteis - 1986.