Seigneurs de Bailleulmont


Jean d'ESTOUTEVILLE (1405 - 11 septembre 1494)

chevalier

capitaine de Caen et de Fécamps

Grand-Maître des Arbalétriers de France

seigneur de Torcy, Ondeauville, Blainville et Bailleulmont

 

 

ép. Françoise de La ROCHEFOUCAULT

dame de Montbazon

 

 

postérité :

 

Louis d'ESTOUTEVILLE

Henri bâtard d'ESTOUTEVILLE (légitimé en 1504)

 

Capitaine de la ville de Caen et de Fécamps (1435, 1439, avec 50 hommes d'armes et 121 de trait) de Harfleur (1439, avec 36 hommes d'armes), Ambassadeur (1445), Grand-Maître des Arbalétriers de France (1446-1461 et 1465 : destitué par Louis XI en 1461), conseiller et Chambellan du Roi, chevalier de l'Ordre de Saint-Michel. Prévôt de Paris (29/05/1446-1447, se démet en faveur de son frère), Lieutenant du Roi en Champagne (1463-1465), Capitaine de Chassenay (1444), pourvoit à la défense des places de Darnay, La Fauche, Vignory, Raigecourt, sert le Dauphin en Allemagne, Négociateur Royal en Flandres, commande les Francs-Archers au secours de Tournai, combat à la reconquête de Normandie (1449), combat à Formigny (1450), sa compagnie, menée par son lieutenant, combat encore à Guinegatte (1479) (le Roi d'Angleterre restitue en 1422 à sa famille les biens confisqués sur son père, du parti Français ; hommages au Roi 1461, 1464 et 1475 de toutes ses terres d'Amiénois, Vermandois, Ponthieu, Saintonge, Limousin et Normandie ; don du Roi 16/01/1472 de 100 arpents de bois pour rebâtir son château de Charlemesnil et 02/12/1474 de la Haute Justice de Nouvion-en-Ponthieu).


Roland de CHÂBLES (1507 *)

écuyer

seigneur de Pommier et de Bailleulmont

 

ép. (?)

 

postérité :

 

Philippe de CHÂBLES

Jeanne de CHÂBLES


Pierre de MELUN COTTENES (? - 21 juin 1557)

seigneur de Bailleulmont

 

ép. Philippe de CHÂBLES

 

mariés le 11 septembre 1547 à Arras

postérité :

 

Adrien de MELUN

Anne de MELUN

Hélène de MELUN

?

?

?

 

Dans son testament, rédigé le 21 juin 1557, Pierre de Melun lègue mille livres à sa fille Anne, fait de son fils aîné son héritier universel, donne le quint de ses fiefs et de ses seigneuries à quatre de ses enfants et laisse à sa femme la disposition de ses funérailles.


Adrien de MELUN (? - 24 avril 1619)

chevalier

seigneur de Cottenes, Locon, Bailleulmont, Pommier, Humbercamps, du Petit Rieux, Crespieul, Rebeques, etc...

 

ép. Anne de FLÉCHIN

dame de Bailleulmont

 

mariés le 16 octobre 1590 au château de Héchinel

postérité :

 

Adrien de MELUN

Marie de MELUN

Magdelène de MELUN

Françoise de MELUN


Adrien de MELUN (? - 10 septembre 1654)

chevalier

seigneur de Cottenes, Saint-Hilaire, Locon, Bailleulmont, Pommier, Humbercamps, Breuse, Mortcourt, etc...

 

ép. 1) Jeanne de BERNIMICOURT

 

mariés le 12 janvier 1632

postérité :

 

Charlotte-Thérése de MELUN

 

ép. 2) Catherine d'OSTREL

 

mariés le 09 février 1641

postérité :

 

Adrien-François de MELUN

 

Le 11 janvier 1620, les Lettres de Chevalier lui sont attribuées par l'Archiduc Albert.

De son premier mariage, Adrien de Melun eut une fille, Charlotte-Thérése de Melun. Du second il eut un fils, Adrien-François de Melun Cottenes, qu'il fit son héritier universel (testament du 07 septembre 1654), lui léguant tous les biens dont il pouvait disposer et ne cédant que le quint du quint à sa fille qui avait clandestinement quitté son foyer.


Adrien-François de MELUN

chevalier

seigneur de Bailleulmont, Flaissières, La Couture et Saye

 

ép. Catherine-Christine de BOURBON

 

mariés le 29 juillet 1672

postérité :

 

Adrien-Frédéric de MELUN

Jean de MELUN

Frédéric de MELUN (mort enfant)

Martin de MELUN (mort en bas-âge)

Marguerite de MELUN (morte jeune)

Catherine Charlotte Marguerite de MELUN

Christine Charlotte Marguerite de MELUN


Adrien-Frédéric de MELUN (13 décembre 1674 - 08 septembre 1735)

chevalier

dit le "Marquis de Cotte"

seigneur de Cottenes, Saint-Hilaire, Bailleulmont, etc...

 

ép. Anne-Françoise de MELUN-COTTENES

 

mariés le 08 septembre 1698

postérité :

 

N. de MELUN (mort sans alliance)

Marie-Isabelle-Françoise de MELUN (morte sans enfant, 7 mois après son mariage et 3 ans avant son père)

Isabelle-Françoise-Adrienne de MELUN

 

Adrien-Frédéric de Melun fut baptisé à Paris en l'église Saint-Eustache, le 03 juillet 1680. Il fut reçu page du Roy en sa grande écurie le 01 janvier 1690.


Guy-Louis de BONNIÈRES (1703 - 1763)

chevalier "de Guînes" puis comte de Souastre

lieutenant du Roi dans la province d'Artois

 

ép. Isabelle-Françoise-Adrienne de MELUN (? - août 1753)

 

mariés en 1734

postérité :

 

Adrien-Louis de BONNIÈRES


Adrien-Louis de BONNIÈRES (1735 - 1806)

comte de Souastre

duc de Guînes

colonnel du régiment de Navarre

brigadier des armées du Roi

seigneur d'Illies et de Bailleulmont

 

ép. Charlotte-Françoise-Philippine de MONTMORENCY

 

mariés le 28 novembre 1763

postérité :

 

fille

(1765)
(1765)

Après une brève carrière militaire qui le conduit en 1762 au grade de brigadier des armées du Roi, Adrien Louis de Bonnières entre dans la diplomatie. Ami de Frédéric II de Prusse, il est nommé ambassadeur à Berlin en 1768, mais tombe rapidement en disgrâce. Rapatrié l'année suivante, on l'envoie occuper les mêmes fonctions à Londres, de 1770 à 1776.

C'est un habile courtisan fort apprécié à la cour, doué pour le chant et la flûte ; sa fille est également une excellente harpiste et pour eux Mozart composa le "concerto pour flûte, harpe et orchestre (KV299)" en 1775. 

Ses aptitudes lui valent de nombreux succès, mais sa réputation se voile avec ce que l'on nomma "l'affaire de Guînes". En avril 1771, il accuse son secrétaire Barthélémy Tort de la Sonde, d'avoir utilisé son nom pour spéculer sur les fonds publics et escroquer plusieurs banquiers parisiens. Tort est arrêté mais accuse à son tour l'ambassadeur, affirmant avoir agit sur ses instructions. le Duc d'Aiguillon, alors secrétaire d'État aux Affaires étrangères, prend le parti du secrétaire, tandis que Marie-Antoinette soutient de Guînes. Une commision spéciale de conseillers d'État nommés par le Roi, finie par disculper le courtisan... par sept voix contre six. L'affaire value à d'Aiguillon son renvoie et une profonde antipathie de la Reine.

Il continue de garder la pleine faveur de Louis XVI et de Marie-Antoinette. Il est fait Duc de Guînes à son retour d'Angleterre et loge à Paris en l'hôtel de Castries.

Le 1er janvier 1784, il est fait Chevalier de l'Ordre du Saint-Esprit, puis successivement nommé au deuxième bureau de l'Assemblée des notables, au conseil de guerre en 1787 après avoir était fait lieutenant général, gouverneur d'Artois en 1778 et enfin député de la noblesse au bailliage de Lille en 1789. Il se lance alors dans une expérience de société minière.

Sous la révolution, il émigre en Angleterre pour ne revenir en France que sous le Consulat. Il y meurt en 1806.

 

  Bibliographie :

 

-  De BARANTE  M. : Histoire des Ducs de Bourgogne de la Maison de Valois, 1364-1477. Nouvelle édition enrichie d'un 

                                grand nombre de notes par M. GACHARD. Tome 2 - 1838.

 

-  De MONSTRELET E. : Chroniques, entièrement refondues sur les manuscrits, avec notes et éclaircissements par BUCHON 

                                    J.A. - Tome 7.

 

-  MORERI L. : Le grand dictionnaire historique ou le mélange curieux de l'histoire sacrée et profane. Tome 10 - 1759.

 

-  De QUALONNE A. : Histoire de la ville d'Amiens. Volume 2 - 1899.

 

Titres de la commanderie de Haute-Avesnes antérieurs à 1312.