Époque moderne


Bailleulmont, album de Croÿ
Bailleulmont vers 1605 (Album de Croÿ - détail)

Coutume particulière

Longtemps transmises oralement, les coutumes locales (usages juridiques en vigueur) se voient progressivement coucher sur le papier.

À Bailleulmont, elles le furent le 20 septembre 1507 sur un parchemin parvenu en mauvais état jusqu'à nous. Celui-ci nous apprend notamment que la seigneurie est depuis passée aux mains de Roland de Châbles :       

 

Coustumes locales du villaige et seignourie de     (trou)    homme Roland de Chables, escuier, qu'il tient en fief de la seignourie de     (trou)      

 

(1, 2, 3, 4 illisibles à cause de l'altération du parchemin au commencement, au milieu et au bout de chaque ligne.)

5.  Droit de vente des coteries, XVI pour cent du prix.

6.  Forage et afforage des vins et cervoises, coups de mains garnie ou non garnie.

7.  Police des bois.

 

De toutes coustumes susecriptes ont toujours usé et veu user les hommes, manans et habitans dudit Bailleul au Mont, et ainsy l'ont affermé en jugement :

 

Suplis Porquier ; Jacquemart de Basseux ; Rasse de Basseux ; Colart Maillot ; Jehan Delattre ; Antoine Leblanq et autres.

 

Le XXe jour de septembre 1507.  

(Signatures : J. de Darly et les susnommés) 


Sous François 1er

À l'automne 1521, la région se voit devenir le second théâtre de la "sixième guerre d'Italie" opposant François 1er à Charles Quint. Les deux protagonistes ajoutent à leurs luttes, l'appropriation du duché de Bourgogne. Au cours de cette campagne dévastatrice, la cité d'Hesdin tombe fortuitement aux mains des français. Sa capitulation fait les proches châteaux de Renty et de Bailleulmont se ranger sous l'obéissance du Roi de France.

 

Cantonnées à Péronne au mois de mai 1523, les troupes du Roi se séparent. Alors que François 1er regagne Paris, il donne l'ordre au Duc François de Bourbon-Vendôsme de faire route sur Thérouanne afin de libérer la cité assiégée et lui faire parvenir des vivres. Fort de 8500 soldats, 400 archers et d'une artillerie de campagne, de Vendôsme avance en pays d'Artois avec la volonté de détruire quelques-unes des places fortes qui jalonnent sa frontière. C'est ainsi qu'il prend la direction de Bailleulmont où sont basés 300 espagnols en garnison, ayant juré d'en défendre la position ou d'y mourir. Face au déterminisme des assiégés, les capitaines du Duc hésitent à recourir à l'assaut. De Vendôsme n'écoute pas ses subalternes, précisant qu'il ne peut laisser derrière lui cette place intacte quand celle de Thérouanne compte le double d'hommes. Sans plus tergiverser, il mène lui même les approches, en plein midi et sans tranchée défensive. Faisant parler le feu de sa batterie, il voit mourir à ses pieds trois de ses canonniers et blesser Antoine Halluin, seigneur de Piennes, d'un tir d'arquebuse dans le bras. Surpris par la fougue des français, les espagnols, après avoir subit quelques pertes, finissent par se constituer prisonniers. De Vendôsme fait "raser le château et sauter ses tours".    


La forme d'un fief

Bailleulmont, albums de Croÿ

Les albums du Duc Charles de Croÿ regroupent un exceptionnel cartulaire où sont joints aux plans cadastraux, des vues peintes à la gouache de l'ensemble des propriétés ducales : villes, villages, forêts, cours d'eau. Ces cartulaires, commencés vers 1590, s'appliqueront ensuite à décrire de la même façon les provinces où le Duc exerça une autorité administrative. L'album consacré à l'Artois, comté où de Croÿ fut gouverneur et capitaine général à partir de 1597, fut réalisé entre 1605 et 1611.

 

L'ensemble des illustrations est l'œuvre du peintre valenciennois Adrien de Montigny. Si les vues des villages et les plans cadastraux sont considérés comme des documents historiques d'un grand intérêt, il faut préciser que l'amorce des avant-plans, tout comme les arrières-plans sont souvent l'objet d'une pure création d'atelier. Ainsi, sur la vue de Bailleulmont, l'église dont la flèche se découpe à l'horizon, et que l'on pourrait attribuer à La Herlière, est en réalité inexistante à pareille époque. De même qu'en s'appuyant sur la physionomie actuelle des lieux, peut-on dire que l'artiste en a arrangé la disposition afin d'en faciliter la lecture. On ne note par exemple aucun vallonnement à l'emplacement qu'occupait le grand bois à l'arrière de la fortification. Pour le reste, de Montigny représente un important château-fort en pierre, au plan visiblement carré et composé de quatre tours d'angles rondes. La plus importante, située à l'ouest, est celle dont il subsiste encore un pan de mur. Sur la partie visible, on y distingue trois niveaux percés d'ouverture posées 2, 1 et 3. Sa toiture en terrasse comporte un mâchicoulis. Celle de l'est, de même type que la précédente pourrait avoir été, selon Berger et Dubois, représentée plus petite pour rendre plus lisible le dessin. Les deux dernières, placées dans le même alignement, paraissent identiques l'une à l'autre et de moindre importance que leurs compagnes. En façade figure un important portail s'ouvrant sur un pont-levis dont on voit le tablier et les pilotis. Un soldat armé d'une pique en garde l'entrée.

Sur la gauche du château on distingue un corps de bâtiments fermé par un mur et comportant une tourelle ronde coiffée en poivrière.

Devant le château, l'église se compose d'une petite nef apparemment aveugle, et d'un chœur d'une seule travée, plus haut que la nef. Son chevet est plat et éclairé par une fenêtre dans l'axe. Des maisons sont accolées à l'église.   

Le village à ici l'aspect d'un bourg, mais c'est peut-être parce-que l'artiste en a élargi les voies de communication.              

Dans le lointain apparaît le moulin alors construit en bois.

   

 

  Bibliographie :

 

-  Du BELLAY  G. : Mémoires.

 

- BERGER R. & DUBOIS R. : Quatre cent vues des villages de l'Artois en 1605-1610, tirées des albums Charles de Croÿ - 1960.

 

-  BOUTHORS M.A. : Coutumes locales du bailliage d'Amiens : rédigées en 1507 - 1845/1853.

 

-  LEROY A. & DINAUX A. : Archives Historiques et littéraires du Nord de la France et du midi de la Belgique. Tome 4 - 1842.

 

-  VERSTRAETE É. : Histoire militaire du territoire actuel de la Belgique. Volume 3 - 1864.